Posté par sur octobre 18, 2017 dans Non classé | zéro commentaires

 Atelier pratique "levée des mémoires corporelles"

Bien sûr que chacun de nous se blesse, se brûle ou se coince un doigt dans une porte. Le corps dispose alors de mécanismes d’auto-réparation qui normalement permettent aux cellules atteintes de se régénérer.

Quand ça ne se passe pas comme ça devrait: fréquents sont les bras que nous n'arrivons plus à lever, les blessures qui peinent à cicatriser, les blocages et raideurs dans la colonne que l'osthéopathe ne parvient pas à lever, les doigts crispés ou d'autres douleurs qui ne lâchent pas. Qu'est-ce qui se cache derrière ces problématiques corporelles qui s'expriment parfois avec des douleurs vives?

 
 

Toute blessure grave constitue un traumatismes physique. Si celui-ci n'est pas soigné, ou constitue une cause de décès, le traumatisme reste inscrit dans le corps causal. Tout traumatisme physique ancien, c'est à dire relevant d'une incarnation antérieure, constitue une perturbation qui potentiellement risque d'être réactivée dans le présent. Les activateurs de ces traumatismes anciens peuvent être des blessures totalement bénignes.

Marion, en faisant de la couture, s'est plantée une aiguille dans son index. A part quelques gouttes de sang, rien de particulier à signaler. Très vite, l'endroit de la blessure enfle et devient douloureux. Un soin de levée des mémoires corporelles permet de dégager une série de traumatismes anciens, affectant l'index et le méridien du gros intestin. Peu de temps après le soin, l'index désenfle et la menace d'infection diminue très vite.

En effectuant la levée d'une mémoire corporelle, le soignant peut, mais ne doit pas nécessairement avoir des informations sur l'origine de cette mémoire: un doigt amputé, une morsure (pour l'histoire du doigt de Marion) etc. Et il n'est pas nécessaire d'informer Marion sur l'origine de ses douleurs.

Il y a des mémoires corporelles graves qui peuvent laisser d'importantes "ruptures dans le tissu causal" . Parmi les traumatismes les plus virulents que j'ai pu observer se trouvent les blessures par flèches, balles et boules de canon.

Frédéric, s'est évanoui en plein spectacle. Il y avait du stress, c'est certain, mais ça n'explique pas pourquoi tout d'un coup, il est devenu tout pâle avant de perdre connaissance.  Un scanner ne permet pas d'identifier une lésion physique quelconque. Un soin de levée des mémoires corporelles permet de d'identifier et libérer une mémoire corporelle de blessure par balle dans le tronc cérébral. Il n'y a pas eu de récidive depuis.

Pour apprendre à lever les mémoires corporelles, à part une certaine sensibilité, il n'est pas nécessaire de disposer de capacités particulières. L'apprentissage de cette méthode est indiquée pour tous les thérapeutes qui travaillent sur le corps avec des techniques manuelles, mais aussi pour toutes les personnes qui pratiquent des soins énergétiques.

Prochaines dates

- 21 & 22 octobre, La colline, Lisle sur Tarn (81)
- 25 & 26 novembre, Genève