Cessez de prier pour Jérusalem

Très récemment, j’ai reçu en soin une personne avec de puissantes fuites énergétiques. Elle me disait qu’elle ramait depuis longtemps et que tous ses efforts pour se développer et augmenter son énergie restent absolument vains. Sans entrer dans les détails, je me suis rendu compte qu’une sorte de tube la vidait son énergie mentale et participait à nourrir les plans obscurs de ce monde.

En observant notre système énergétique en détail, j’ai abouti à la compréhension que tous nos chakras, tous nos centres énergétiques sont alimentés par de l’énergie divine, libre, gratuite, disponible en quantité infinie. Positionné en tant qu’être de lumière, cherchant à manifester le divin de l’incarnation, nous ne devrions pas avoir à nous soucier de recevoir toute l’énergie de vie nécessaire pour accomplir notre travail. Mais lorsque cette énergie est manquante, qu’il y a épuisement, il est important de se poser la question sur la nature de la fuite. J’ai compris depuis longtemps que notre relation à la Terre peut jouer un rôle important dans l’énergie de vie car, à travers le 1er chakra, nous puisons aussi de l’énergie divine via la Terre. Mais ce n’est pas tout. Ce que je viens de découvrir me paraît d’importance capitale et c’est cela que je voudrais partager dans ce blog.
Ça fait un moment que je me suis posé la question, comment les plans obscurs se débrouillaient pour être alimenté en énergie divine. Si je me détournais du divin, je refuserai certainement d’être alimenté par l’énergie dite “d’en haut”, je compterai sur d’autres sources et d’autres manières de nourrir mon système énergétique ; ça me semble assez logique. Comme j’ai pu le saisir, ces autres sources, sans chercher à les nommer spécifiquement, sont les égrégores du monde obscur, détournés du divin. Ces égrégores ont la capacité de pomper de l’énergie divine auprès d’êtres connectés au divin et recevant de l’énergie divine. En d’autres termes, vous et moi, nous participons tous, à des degrés divers, à refiler aux égrégores des mondes obscurs l’énergie divine que nous avons captée. En fin de compte, ce sont les êtres connectés au divin, à la lumière, qui nourrissent les forces obscures.
Fort de cette compréhension, je suis devenu très attentif à la manière dont les égrégores obscurs s’arrangent pour obtenir de l’énergie. J’ai ainsi réalisé qu’une des manières de l’obtenir, c’est de nous faire croire que nous devons prier pour les malheureux, prier pour les personnes qui ont faim, prier pour la paix dans le monde. Vous n’êtes pas obligé de croire à ce que je dis, mais j’ai pu vérifier d’une manière très concrète une idée que je caresse déjà depuis un certain temps: Lorsque nous faisons des prières pour que la paix s’installe à Jérusalem ou tout autre foyer de discorde sur la terre, nous autorisons subtilement l’installation d’un tube qui va nous puiser notre énergie. Les foyers de discorde se présentent ainsi comme des failles énergétiques dans lesquelles s’engouffrent l’énergie divine, par le biais de la souffrance générée par la violence, l’injustice, alimenté de surcroît par toute l’énergie des personnes qui cherchent à donner de leur énergie dans l’idée que cela puisse apaiser le conflit.
La question vient automatiquement : « et alors, qu’est-ce que l’on peut faire pour que le monde aille mieux ? » En vertu de ce que j’ai découvrir, je pense que toute idée d’affaiblir les forces obscures est vaine puisque elle va à l’encontre du but visé. En effet, nous nourrissons de notre énergie ce que nous cherchons à combattre. Alors que faire avec notre énergie ? Le mieux est certainement de l’investir dans des buts positifs. Si je veux promouvoir la paix dans le monde, je commence par m’occuper de celle qui est autour de moi, de chercher à diminuer ma propre violence, de savoir comment je peux éduquer les enfants sans utiliser la violence. Si je veux que le monde soit en meilleure santé, je m’occupe d’abord de la mienne. Le vampirisme énergétique existe à tous les niveaux. Chaque fois qu’une nouvelle anxiogène atteint mon esprit, mon énergie est subtilement vampirisée. Depuis un certain temps, je m’entraîne donc à lire les nouvelles sans entrer dedans avec mon émotionnel : Ce sont des faits divers et je ne suis pas responsable de la souffrance sur Terre. Dans le monde judéo-chrétien, nous avons été éduqués à penser et prier pour ceux qui souffrent. Je n’avais pas plus que 6 ou 7 ans et j’étais déjà invité à donner un petit sou aux pauvres noirs d’Afrique qui ont faim. Ce qui nous rend réellement riches, c’est la possibilité de garder notre énergie haute, de pouvoir sourire à la vie même si elle n’est pas toujours facile, c’est de pouvoir développer nos capacités, de cultiver un esprit clair, d’apprendre à communiquer à aider les autres à faire de même.

Et si je veux vraiment faire quelque chose: Je porte Jérusalem dans mon coeur, comme une blessure qui ne veut pas guérir, en acceptant mon impuissance.

D’avance je vous remercie de vos commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.